Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Contrôles abusifs des hommes de tenues: Les chauffeurs de Fatick crient leur ras le bol

Fatick : En ce deuxième jour de grève des syndicats des transports routiers, c’est le calme total à la gare routière. Les chauffeurs ont suivi massivement le mot d’ordre de grève. De nombreux points évoqués par le responsable des chauffeurs M. Seck, sont à l’origine de cette grève de deux jours (1er et 2 décembre 2021). 

Il est 12h hier jeudi. Aucune ambiance. Tout le contraire des jours d’activités à la gare routière de Fatick. Des véhicules immobilisés à l’intérieur sans conducteurs. A part quelques-uns qui veillent au respect du mot d’ordre. Selon, El Hadj Mamadou Faye, plus connu sous le nom de « Douta », ancien président de la gare routière, « beaucoup de revendications sans suite auprès des autorités nous ont poussé à cette grève de 48h ». 

M. Faye d’ajouter : « que les policiers et les douaniers ne  nous facilitent pas le travail. Pour preuve, pour transporter un mouton les policiers ou les gendarmes nous demandent de payer 3 000 à 6000 FCFA sans aucune raison valable. Mais, juste en nous disant que ce sont les taxi bagages qui doivent se charger de transporter les marchandises ».

Pour Mamadou Douta Faye, « ce qui est impossible et qu’aucun client ne va l’accepter. Et avec tous ces problèmes, le gouvernement n’intervient jamais. Parfois les ingénieurs, lors des visites techniques nous tolèrent les fissures des pare-brises ce qui n’est pas le cas chez les policiers qui nous obligent à payer ». Le responsable des chauffeurs de dénoncer : « a tout cela s’ajoutent les nombreuses infractions qu’on nous colle sans recevoir de reçus de payement ».

En dehors des tracasseries policières, les grévistes déplorent le coût élevé des plaques d’immatriculation qui s’élève à 45 mille FCFA pour les poids légers. Mamadou Douta Faye de conclure : « c’est très difficile pour nous d’assurer notre dépense quotidienne. Nous sommes à bout et si nos revendications ne sont pas satisfaites nous allons décréter une grève illimitée ».

Ndeye Astou Ndiaye 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :