Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

​Fatick : Chômage endémique des jeunes, la ruée vers les jeux de hasard

Fatick, fait partie des villes les plus pauvres du Sénégal avec un lot de chômage criard. « Ici, à part les motos Djakarta, il n’y a aucune activité génératrice de revenu », nous clame ce jeune.

Amed Diouf, c’est son nom est âgé de 18ans. Il nous décrit cette situation qui souligne-t-il, « incite beaucoup de jeunes à tenter leur chance aux jeux de hasard pour se procurer de l’argent. A cause du manque de travail qui sévi dans la ville, les jeux de hasard constituent une expérience pour les jeunes de se faire des sous. Et parmi ces jeux figurent les 1XB et les Suñubet, les Line Bet, entre autres.

Toutefois, il faut noter que le plus convoité est le 1Xbet. Ce jeune, la vingtaine, rencontré à l’arrêt Djakarta des HLM nous confie. « Je joue aux jeux de hasard. Même si, nous savons très bien que la religion l’interdit. Mais c’est le manque de travail qui nous y pousse. Nous n’avons pas le choix ». Un de ses amis, trouvé au même lieu, partage le même avis.

Mais, pour le jeune T. Ndiaye, âgé de 17 ans, « je le fais juste pour mon propre plaisir et parfois avoir un peu d’argent de poche sans le demander à mes parents ». Abdou Faye, concentré sur son portable s’adonne à la pratique même si selon lui, « il le fait à l’insu de ses parents ».

Mais, pour Amad Diouf, « à Fatick, il n’y a rien. Les politiciens doivent nous aider à trouver du travail. Il y’a aucune entreprise dans la ville raison pour laquelle nous tentons notre chance aux jeux de hasard pour espérer gagner de l’argent et pouvoir satisfaire nos besoins », souligne-t-il. 

Toutefois, les points de vue différent car, si la plupart des jeunes le prend à la légère, d’autres s’en méfient car pour eux cela entraîne la facilité, la paresse. Un phénomène qui pour autant commence à pousser les adolescents à s’y accrocher. Alors que l’âge minimum requis pour parier est de 18ans.

Mais, pour Ahmed Diouf, « ce sera très difficile de contrôler les enfants car chacun d’entre eux dispose d’un téléphone portable et avec le développement de la technologie, il suffit seulement de télécharger l’application via Play store pour commencer à jouer. Et, surtout que le tarif commence à partir de 90 FCFA avec chacun peut gagner une importante somme tout dépend de la chance ».

Ndéye Astou Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :