Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Journée internationale de la liberté de la presse : Mme Seynabou Gueye satisfait de la collaboration avec les correspondants régionaux

Fatick : Venue assister au sit-in de la convention des jeunes journalistes section de Fatick, Mme Seynabou Gueye, gouverneur de région a manifesté toute sa satisfaction du travail remarquable que mènent les reporters au niveau régional.

Ceci, a-t-elle souligné, « à travers toutes les activités républicaines que nous menons ici. Vous êtes toujours à nos côtés pour nous donner un coup de main pour que l’information puisse passer ». Mme Seynabou Gueye en veut pour preuve comme elle l’a indiqué, « le cas de la sensibilisation dans la lutte contre la Covid 19 où, les journalistes de Fatick ont joué un rôle essentiel ». C’est bien pourquoi, a ajouté le gouverneur Mme Seynabou Gueye qui s’est réjouie de cette disponibilité, « je suis ravie de recevoir votre convention appuyée par la société civile et de retrouver en même temps des collaborateurs, les gens de la presse qui nous ont beaucoup marqué de par leur travail remarquable et avec lesquels nous avons eu à travailler avec eux sur le terrain tellement ils sont professionnels et dynamiques ». 

D’ailleurs, la cheffe de l’exécutif régional très sensible aux revendications de la presse, a laissé entendre, « qu’aujourd’hui, s’il était de notre ressort au niveau régional de régler vos problèmes nous allons le faire. Mais, le mémorandum qu’on a reçu sera transmis au niveau national et que les concernés vont comprendre à travers le plaidoyer qui va accompagner ce mémorandum que nous sommes de tout cœur avec vous ».

Auparavant, la journaliste de la TFM, Aminata Goudiaby, point focal régional de la convention des jeunes reporters de Fatick, avait fourni les explications sur les motivations de décentraliser cette année la célébration de la journée mondiale de la presse. Selon elle, « cela découle du fait que lors des événements du mois de mars dernier, le Sénégal a été secoué par beaucoup de troubles et ceci n’a pas épargné les entités de presse : saccage des locaux de certains organes, agressions de journalistes et cameramans, entre autres ».  C’est ainsi a ajouté, le point focal de la CRJR de Fatick, « La CAP, la CJRS et le Synpics, ont décidé qu’un mémorandum commun soit remis aux autorités administratives pour que notre message puisse être bien perçu ».

Elle a ainsi évoqué la précarité que vivent les jeunes reporters ce qui a inspiré le mot d’ordre : un journaliste, un salaire décent, du fait que certains ne sont pas payés à la hauteur de leur tâche. Il s’y ajoute selon Mme Aminata Goudiaby, « le fait que certains organes de presse ne cotisent pas pour leurs employés à l’IPRES et la caisse de sécurité sociale alors qu’il y’a une vie après la retraite ».

Ndéye Fatou Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :