Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Les enseignants du Pastef de Diofior écrivent une lettre au doyen des juges

Les enseignants patriotes de l’ief de Diofior, dans un communiqué signé par leur point focal, Djiby Diouf, adressent une lettre au Doyen des juges. Ils y exposent différentes équations et donnent leur avis sur l’affaire Adji Sarr- Ousmane Sonko. Voir lettre ci-dessous. 

« Lettre ouverte au juge Maham Diallo

Nous admettons, avec vous, que pour dire le droit, le temps du juge n’est toujours pas celui des autres. Mais, nous devons à la vérité de vous dire, aussi, que le temps est le meilleur des juges. Les plus habiles menteurs ont même fini, avec le temps, par être démasqués, déshabillés. Pourquoi donc continuer à nous faire poireauter, à encore tenir le peuple en haleine ? Pourquoi ces comploteurs de la petite semelle nous  retardent ? Pourquoi cette mollesse ?  Est-ce pour satisfaire les intérêts égoïstes d’un groupuscule d’autorités ?

À vous donc, M. le juge Maham Diallo, de faire ce constat : le temps que prend ce dossier ne milite pas en faveur de ces ploucs et politiciens comploteurs. Il ne fait que les démasquer, les monter les uns contre les autres et retarder le Sénégal. Le temps que prend ce dossier qui, à l’évidence est vide, n’honore pas le juge que vous êtes, n’honore pas votre intelligence, voire votre carrière. Il ne fait que vous affaiblir dans votre fonction et ne fait payer à notre pays qu’un lourd tribut. Quel gaspillage de temps, d’énergie, de salive, de ressources, jusqu’ici enregistré ! Quelle élégance politique ratée ! Quelle corruption morale engendrée ! 

Voilà pourquoi, après avoir constaté autant de peine subie, autant de dignité bafouée, les enseignants se disent très indignés de la lenteur à élucider cette question de viol présumé, qui n’est qu’un tissu d’affabulations contre le leader de Pastef/les patriotes. Exacerbés et très courroucés par cette torture morale exercée à l’encontre de leur leader Ousmane Sonko, dont le véritable reproche est d’avoir proposé un autre schéma possible et auquel les Sénégalais ont adhéré et qui est mieux que le carcan dans lequel ils se trouvent depuis 1960, les enseignants de L’ief de Diofior demandent au juge, Mr Maham Diallo de prendre ses responsabilités, de se défier lui-même, de laisser à ce dossier son propre contenu et ce qu’il en est : vide, vide et vide, par conséquent de délivrer un non-lieu. Il ne faut être otage de personne. Ne l’acceptez pas. Quand on est otage de quelqu’un on devient irresponsable. « La vie finit toujours, mais la gloire d’une belle mort ne finit pas ». 

N’est-ce pas ce qu’ont compris le Docteur  Alfousseini Gaye, le capitaine Seydina Omar Touré et la dame Ndeye Khady Ndiaye qui n’ont pas pas accepté de verser dans l’émotionnel ou le copinage. Armés d’une foi inébranlable, ils sont restés dignes et cohérents dans leurs démarches pour faire jaillir la vérité. La vertu et le courage dont ils ont fait montre nous donnent même matière à beaucoup de foi, à beaucoup de réflexion et à de bonnes leçons à enseigner à nos enfants aux cours d’éducation civique. Quid de vous, Mr le juge ? 

Allez-vous raté cette belle occasion de redorer le blason de la justice sénégalaise ? Le Docteur Gaye a, en tout cas, pris le droit chemin, non pas par la vue (par calculs ou intérêts cryto-personnels) mais par la foi  et dit « le droit », c’est à dire ce qu’avait conclu son diagnostic. Le Capitaine Touré a également pris le droit chemin, non pas par la vue (par calculs ou par intérêts personnels) mais par la foi et a dit « le droit », ce que le PV de l’enquête relevait. Elle, la dame Ndeye Khady Ndiaye, a pris en main  ses responsabilités et s’est frayée le droit chemin non pas par la vue (par calculs ou par intérêts personnels) mais par la foi et a dit « le droit », c’est à dire l’exacte réalité. 

Le peuple souverain, ayant compris le projet cynique du régime en place, ayant compris aussi que les comploteurs ont joué et échoué, a accordé ainsi davantage de confiance, de crédibilité à l’opposant Ousmane Sonko, l’olympien de tous. Déjà, le peuple a rendu un non-lieu total. Conséquence de quoi, Sonko a positivement gagné les cœurs et marqué les esprits des sénégalais. Les citoyens se trouvant tous, à tous les niveaux, dans un unique système : le système D : débrouille et débrouillée ne se sont sentis mieux compris que par Sonko.

Il urge donc, Monsieur le juge, et pour le bien de ce pays, de transcender les petites mesquineries ou de les faire transcender  pour que puissent se relever les grands défis de l’heure. Le temps n’attend pas et n’attendra pas. Il a déjà jugé et jugera. Le peuple n’attend pas. Il a déjà donné son verdict : le peuple confirme l’échec des comploteurs et défend Sonko et sa candidature. Les priorités et urgences vitales du quotidien des sénégalais n’attendent pas. Elles pressent les populations, les acculent et confirment l’échec des tenants du pouvoir.

Alors M. le Juge, notre cher pays, qui mériterait qu’on lui donne le meilleur de soi-même, a besoin, pour aller de l’avant et surtout en ces temps qui courent, d’actes forts, de cours performatifs, et le tout, sous l’aile protecteur et le leadership d’un nouveau type de  capitaine, d’où qu’il soit.

Que de sang et de fâcheuses conséquences, lorsque, face à la vérité, la justice et la justesse sociale ferment les yeux, se scélèrosent les oreilles de la   conscience ! A vous donc, M. le Juge Maham Diallo, de bien jouer votre partition. Ce beau pays qui vous réclame, n’attend pas moins de vous.

                                      Tiahane faheee !

Djiby Diouf Diofior, patriote un jour, patriote toujours et point focal monep, ief Diofior

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :