Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Premier Site d'Information Générale du Sine et du Saloum

Ukraine-France : les notes du match

Décidément, les Bleus n’y arrivent pas. Après un quatrième match de rang sans succès et une prestation décevante à Strasbourg face à la Bosnie-Herzégovine (1-1) mercredi, les Bleus étaient sous pression au moment de se déplacer à Kiev pour y défier l’Ukraine, dans le cadre de la 5ème journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 ce samedi. Pour enclancher une nouvelle dynamique positive, Didier Deschamps a réservé deux surprises dans son XI de départ en intégrant Zouma et Martial à la place de Varane et Benzema, alors que Tchouaméni a connu sa première titularisation. La Zbirna comptait elle notamment sur Yarmolenko et Yaremchuk en attaque, le vétéran Pyatov gardant les buts locaux.

La suite après cette publicité

Devant près de 45 000 spectateurs venus assister à ce spectacle dans la capitale ukrainienne, la rencontre démarrait sur un rythme effréné, les hommes d’Oleksandr Petrakov mettant d’emblée une grosse pression sur la défense tricolore, qui éprouvait des difficultés à relancer proprement. Si la Zbirna dominait globalement les débats, il y avait peu d’occasions à se mettre sous la dent dans les 20 premières minutes, si ce n’est une tête faiblarde de Pogba (11e) ou une tentative non cadrée de Yaremchuk (19e).

Martial répond à la merveille de Shaparenko

Il fallait attendre la 27e minute pour assister à la première véritable situation du match, Griezmann ne cadrant toutefois pas sa demi-volée. Pas de quoi alarmer l’Ukraine, qui ouvrait le score juste avant la pause grâce à un bijou signé Shaparenko, profitant d’un ballon remis en catastrophe plein axe par Zouma pour ouvrir son compteur en sélection (1-0, 45e). Et ce juste après un face-à-face manqué par Martial, bien servi par Pogba, devant Pyatov (44e). Sans un Lloris vigilant, l’Ukraine aurait même pu prendre l’avantage plus tôt au tableau d’affichage, Yarmolenko butant sur le capitaine de la France avant que Zabarniy ne profite lui aussi de la passivité défensive sans trouver le cadre sur une énorme double occasion (35e).

Les Bleus revenaient donc au vestiaire loin d’avoir levé les doutes à leur égard face à une formation ukrainienne appliquée et sérieuse. Mais après la pause, probablement secoués par le discours de DD, les Bleus égalisaient rapidement grâce à un but de Martial, un poil chanceux après un bon centre de Coman de la droite (1-1, 50e). L’attaquant de Manchester United mettait ainsi fin à une disette de 28 tirs sans marquer en sélection, cinq ans après son premier but. Dans une seconde période plus ouverte et plus équilibrée, Griezmann (63e) puis Zouma (67e) manquait le cadre alors que Diaby, profitant d’une merveille de déviation de Benzema, rentré en jeu à l’heure de jeu, trouvait le poteau droit d’un Pyatov battu (77e).

Dans une fin de rencontre où Tchouaméni, blessé, n’a pas pu tenir sa place jusqu’au bout, les visiteurs ont poussé, en vain. Comme lors de la première journée, le 24 mars dernier, l’Ukraine et la France se séparent donc sur ce score de 1-1. Un résultat n’arrangeant pas les affaires des Bleus, qui gardent le leadership de ce groupe D avec 9 points, le même total que leur adversaire du jour. Toutefois, la Finlande, prochain adversaire des champions du monde en titre qui compte également 5 unités au compteur, possède deux matchs de retard et peut donc virtuellement prendre les rênes devant la France.

L’homme du match : Yarmolenko (7) : il s’est mis en évidence dès les premières minutes du match, bien placé il tente sa chance depuis l’entrée de la surface mais dévisse trop sa frappe (3e). Il redescendait parfois très bas pour suivre les montées de Digne, malgré la défense à cinq ukrainienne. Sur le centre de Tsygankov, il parvient à se défaire du marquage de Rabiot et se retrouve seul au deuxième poteau, mais sa reprise est détournée par Lloris (35e). Il a eu une très grosse activité, mais cela n’a pas altéré sa qualité technique (85 % de passes réussies). Il venait directement presser les défenseurs français quand son équipe perdait le ballon, n’hésitant pas à faire des fautes grossières pour couper les contre-attaques. Cela lui a tout de même permis d’en récupérer énormément (6). Remplacé par Zubkov (93e).

Ukraine

  • Pyatov (5,5) : il n’a quasiment pas été inquiété par l’équipe de France lors de la première mi-temps. Alors que Martial, lancé en profondeur par Pogba, se présentait seul face à lui, il est sorti très vite de ses buts pour arrêter sa tentative (44e). Il était une nouvelle fois sur la frappe du français en début de deuxième mi-temps, mais il est coupable d’une faute de main qui permet à Martial d’égaliser (50e). Il était vigilant pour sortir la frappe de Rabiot en fin de match (86e).
  • Zabarnyi (5) : il s’est bien jeté devant Martial pour contrer la tentative du Français (24e). Il était proche d’ouvrir le score, à la suite de la parade de Lloris sur la frappe de Yarmolenko. Dans le six mètres français, il tente de frapper en se retournant, mais sa tentative passe au-dessus (35e). Il n’est pas assez proche de Zouma sur un corner français, mais le défenseur de West Ham n’arrive pas à rabattre sa tête (67e).
  • Kryvtsov (6) : il a bénéficié du très bon travail de ses deux coéquipiers de la défense centrale ukrainienne et n’a pas eu énormément de duels à disputer (1/3 duels gagnés). Il a été rassurant pour son équipe et n’a pas paniqué dans les relances (95 % de passes réussies). Un match solide dans lequel il a récupéré 4 ballons, pour 3 perdus.
  • Matviyenko (5,5) : il effectue un très bon retour sur Diaby qui s’était infiltré dans la surface et tacle ce dernier pour sortir le ballon en corner (66e). Il était encore présent pour couper au premier poteau sur un centre français et dégager le ballon (86e). Il n’a pas réellement été mis en danger et a gagné la plupart de ses duels (3/4 duels gagnés) et il a également été appliqué dans la relance (92 % de passes réussies).
  • Tymchyk (4,5) : il ne s’aligne pas avec ses défenseurs et est pris par l’appel de Martial, qui rate son face-à-face avec Pyatov (44e). En revanche, sur l’action qui suit, il remonte tout le terrain et prend de vitesse Kimpembe pour centrer dans la surface française, ce qui amène le but de Shaparenko (45e). Il pêche une nouvelle fois défensivement sur l’égalisation de la France et perd son duel aérien avec Rabiot (50e).
  • Stepanenko (5) : très important au milieu de terrain de l’Ukraine, il forme un bon duo avec Shaparenko, qui se projette plus vers l’avant alors que Stepanenko reste lui plus en retrait. Il laisse trop d’espace à Martial sur l’égalisation française, qui peut reprendre le ballon et tromper Pyatov (50e).
  • Shaparenko (6,5) : il a eu énormément d’activité au milieu de terrain. Très disponible offensivement, il a également fait énormément d’effort pour bloquer les milieux français. Il marque un superbe but. Il est à la récupération de l’intervention de Zouma et place une frappe qui se loge dans la lucarne de Lloris (45e). Il s’est un peu éteint en deuxième mi-temps et n’a pas réussi à autant peser sur le jeu de son équipe. Remplacé par Sydorchuk (90e).
  • Mykolenko (5) : il a été coupable de quelques erreurs techniques évitables, ce qui a entraîné beaucoup de ballons perdus de sa part (9). S’il a été plutôt solide dans son duel avec Coman, il lui a parfois laissé trop d’espace pour centrer. Cela a notamment était le cas sur l’action qui amène le but de Martial (50e) et quelques minutes plus tard quand l’attaquant du Bayern Munich trouve Griezmann à l’entrée de la surface (63e).
  • Yarmolenko : voir ci-dessus.
  • Yaremchuk (6) : il a posé énormément de problème à la défense française par sa capacité à conserver le ballon dos au but. Ses coéquipiers l’ont souvent chercher pour s’appuyer sur lui et il a perdu peu de ballons. Il était à la réception du centre de Tymchyk sur lequel est finalement intervenu Zouma, mais cela amène le but de Shaparenko (45e). Même s’il a pesé sur Zouma et Kimpembe, il n’a pas eu énormément d’occasions à se mettre sous la dent. Il ne peut pas bien reprendre le centre fort de Tymchyk et se contente de le dévier de la poitrine (73e). Remplacé par Sikan (81e).
  • Tsygankov (5,5) : son très bon centre, après une combinaison sur corner avec Shaparenko, pour Yarmolenko aurait pu permettre à ce dernier d’ouvrir le score, mais Lloris était sur la trajectoire. Comme Yarmolenko, il suivait constamment les montées de Dubois ce qui l’obligeait à multiplier les efforts défensifs. Son corner direct était bien tenté, mais Pogba veillait au premier poteau (60e). Remplacé par Malinovskyi (81e).

France

  • Lloris (5) : mis à part deux belles manchettes en première période (35e, 37e), le portier des Bleus n’a pas eu grand-chose à faire dans cette partie, mais est resté vigilant sur ses sorties aériennes. Sur le but encaissé, il ne peut rien faire.
  • Dubois (3) : en première période, le capitaine de l’Olympique Lyonnais a été dépassé par les percées de Tsygankov. Il a parfois eu des problèmes de placement, sans faire d’erreur manifeste. Après la pause, il a pu mieux se montrer offensivement en combinant un peu avec Rabiot. Une performance plutôt décevante alors qu’il y avait des points à gagner à son poste.
  • Zouma (4) : positionné aux côtés de Kimpembe, Zouma n’a pas rassuré dans cette défense et a réalisé beaucoup d’erreurs de positionnement. Malgré une erreur de relance (34e), il parvient à se ressaisir au cours de la seconde période et intercepte trois ballons dangeureux.
  • Kimpembe (4) : à l’instar de Zouma, le défenseur central du PSG a vécu une soirée compliquée. Dépassé par Tymchyk sur le côté gauche, il est logiquement fautif sur l’ouverture du score de Shaparenko. En seconde période, il ne s’est pas beaucoup fait remarqué.
  • Digne (4) : aligné sur le flanc gauche en l’absence de Lucas Hernandez, Lucas Digne a été propre en défense mais n’a pas réussi à se montrer sur le plan offensif. Trop timide avec Coman, il n’a pas réussi à faire parler sa qualité sur les centres. Il avait également une place de titualaire à prendre…
  • Rabiot (3) : malgré de bons retours défensifs en début de match, Adrien Rabiot s’est éteint au fil de la rencontre. Positionné sur la gauche du milieu de terrain français, il n’a pas réussi à s’exprimer et a perdu quatre ballons au total. Une prestation en dessous des attentes pour le milieu de terrain de la Juventus.
  • Pogba (6) : il a été la seule étincelle de cette partie soporifique. Déjà en vue en début de rencontre à la suite d’une tête dangereuse sur corner (11e), Paul Pogba a fait part de sa technique et a apporté techniquement aux Bleus. Il lance également Martial dans la profondeur, qui rate son duel. Cependant, il est en retard sur l’ouverture du score de l’Ukraine.
  • Tchouaméni (6,5) : pour sa première titularisation en Bleus, le Monégasque a été très bon dans la récupération du ballon. Après une première période timide, il a notamment énormément aidé Dubois défensivement et a récupéré trois ballons. Remplacé par Veretout (83e), qui a eu trop peu de temps de jeu pour s’exprimer.
  • Coman (4) : il a été l’un des seuls à essayer de faire des différences en première période, mais ses accélérations ont souvent terminées en perte de balles (6 ballons perdus). Une performance compliquée pour le Munichois, pris en grippe par la défense ukrainienne. Remplacé par Diaby (64e), qui s’est montré intéressant et a trouvé le poteau en fin de rencontre.
  • Griezmann (4) : comme à son habitude, le Madrilène a été important dans le repli défensif des Bleus (7 tacles au cours de cette partie). Mais en l’absence de Benzema et Mbappé, le meneur de jeu des Bleus était attendu sur le plan offensif. Mis à part une belle volée qui a frôlé le cadre (28e), il n’a quasiment rien apporté.
  • Martial (5) : une prestation contrastée pour le buteur de Manchester United. Positionné devant Griezmann, Martial n’a eu que trois tirs à se mettre sous la dent. Le premier a été contré (24e), avant un duel loupé contre Pyatov avant la mi-temps (44e). Mais il permet aux Bleus d’égaliser en reprenant à bout portant. Il n’aura touché que 20 ballons dans cette partie. Remplacé par Benzema (64e), qui n’a pas eu d’occasions à se procurer, mais aura réussi quelques déviations intéressantes.

Foot Mercato

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :